jeudi, 04 octobre 2007

Taxis : une nouvelle loi... illégale ?



C'est par ce titre accrocheur que la tribune de Genève nous annonce que le Conseil d'Etat considère que la nouvelle loi sur les taxis est illégale.
Le journaliste omet pourtant un détail croustillant : Le projet de cette loi qui a été entièrement repris et accepté par l'ensemble de la profession vient du Conseil d'Etat lui-même.
Autre détail piquant : Les taxis privés, surnommés les "bleus" en raison de la couleur de leur enseigne lumineuse, qui remettent en question cette loi, l'avaient massivement approuvée en insistant pour qu'elle soit rapidement votée afin qu'ils puissent rejoindre les taxis publics et colmater la brèche des taxis privés qui faussaient le numerus clausus réintroduit en 1999 par le Conseil d'Etat.
Malheureusement, malgré l'injonction des commissaires de la commission des transports, non seulement l'Etat n'a rien fait, mais en plus, par l'intermédiaire du Service des Autorisations et Patentes, a encouragé les nouveaux arrivants dans la profession à se mettre à leur compte comme taxis privés, sapant les fondements de la nouvelle loi.
L'histoire se renouvelle donc sans fin et le Conseil d'Etat, soucieux de préserver son image, préfère dénoncer sa propre loi dans son ensemble plutôt que se remettre en question et corriger rapidement le tir.
Une mise au point ne suffira pas à éclairer les citoyens lorsqu'ils devront se prononcer à nouveau sur une initiative "pour des taxis égaux et moins chers". Les producteurs d' "Infra rouge" seraient bien inspirés de donner la parole aux responsables du Département de l'Economie et de la Santé et du Département des Institutions en charge des taxis ainsi qu'aux milieux professionnels afin d'éclairer la population et éviter l'arnaque de 1992 puisque non seulement les taxis ne sont toujours pas égaux mais leurs tarifs ont augmentés 6 mois après la libéralisation prometteuse de taxis moins chers.

Pierre Jenni

16:08 Publié dans Politique, taxis | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |