dimanche, 27 janvier 2008

A quand un service de taxis efficace et compétitif ?

Taxis, transports et environnement

Il en aura fallu du temps et de la pression médiatique pour que les gouvernements se résignent à intégrer le respect de l'environnement dans leur programme. Il en faudra encore beaucoup pour que ce programme prenne forme comme semblent l'indiquer les timides promesses des conférences de Bali.
La Suisse qui a pourtant ratifié le protocole de Kyoto est un très mauvais élève du collège, mais les temps changent et il devient politiquement intéressant d'afficher un peu de vert dans les campagnes.
Le premier article, alinéa 1, de la nouvelle loi sur les taxis précise qu'un des buts recherchés est le respect de l'environnement. Malheureusement, cette loi complexe, et déjà jetée au rebut par nos autorités, contient près de 90 articles qui précisent les devoirs des chauffeurs de taxis et les risques qu'ils encourent en enfreignant ces dispositions contraignantes. Aucune profession n'est autant contrôlée et l'Etat se plaint de ne pas avoir les moyens d'effectuer ces contrôles. Selon le président du conseil d'Etat, cette nouvelle loi ne passera pas l'hiver alors qu'il aura fallu plus de deux années de travail acharné pour la mettre en place. Sans oublier que c'est la quatrième mouture en quinze ans.
Le Département de l'Economie et de la Santé, en charge des taxis, saura-t-il enfin tenir compte des remarques des milieux professionnels et des diverses expériences dans le monde pour faciliter la mise en place d'un service efficace et compétitif qui soit une alternative intéressante aux déplacements en véhicules privés ou en transports publics. Les solutions sont nombreuses, mais la volonté politique semble manquer. L'Etat bafoue la décision populaire plusieurs fois exprimée de la complémentarité des transports en décourageant les particuliers d'utiliser leurs véhicules sans offrir d'alternative. Bientôt, il faudra payer pour venir en ville comme à Londres alors que les places de parking manquent et que les effectifs des contractuels ont triplé.
Lorsque l'Etat cessera de jouer sur les mots en considérant les taxis comme un service au public plutôt qu'un véritable service public, la plupart des problèmes disparaîtra comme par miracle : Fini le combat entre taxis privés et publics. Comme pour les ambulances ou la police, les clients n'auront qu'un seul numéro à retenir pour obtenir presque immédiatement un taxi. Les taxis pourront enfin prendre tous les couloirs de bus et les sites propres des trams, comme c'est le cas dans la plupart des villes. Des véhicules genre minibus assureront les lignes principales des TPG  entre minuit et cinq heure du matin. Des petites voitures, dans le style des scooters triporteurs en Inde, pourront assurer les déplacements en ville à des prix canon et des temps records. Et bien sûr, ces véhicules seront tous respectueux de l'environnement.
Au lieu d'imposer une couleur unique aux taxis, nous pourrions proposer une couleur pour chaque type d'offre. Le jaune pour les véhicules hybrides, le vert pour ceux qui fonctionnent aux gaz et ainsi de suite.
À ce sujet il est intéressant de voir que les alémaniques ont une longueur d'avance.
En effet, à Bâle, quelques entreprises de taxis se sont regroupées et ont obtenu des subventions des services industriels ainsi que de l'office fédéral de l'énergie pour équiper une centaine de véhicules à gaz qu'ils ont peint en vert.
Bref, les solutions ne manquent pas, mais la vision et le courage politiques font défaut.
Monsieur Unger, conseiller d'Etat responsable du département en charge des taxis peut être fier d'avoir organisé le regroupement des ambulances sous un seul numéro d'appel. Espérons qu'il aura la détermination et la motivation d'envisager enfin de considérer les taxis comme un vrai service public, pour le bonheur des utilisateurs et la tranquillité des prestataires. Ce sera un premier geste concret pour respecter le souci aujourd'hui largement partagé de la limitation des émissions de CO2.

20:40 Publié dans Politique, taxis | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | |