mercredi, 25 juillet 2012

Protection des données et transparence

Connaissez-vous le bureau des préposés à la protection des données et à la transparence ?

Et savez-vous ce qui se trame contre lui ?


Dans le cadre de mon mandat de représentant des taxis de service public, j'ai eu l'occasion de faire appel aux services des préposées qui m'ont impressionné par leur rigueur et leur professionnalisme.

Ce service est un outil à la disposition des citoyens qui subissent des torts, brimades ou autres incompréhentions de la part de l'administration. Le rôle des préposés est avant tout de favoriser des accords par la voie de la médiation et ensuite seulement, si aucun accord ne peut-être atteint, formuler des recommandations à l'administration.

C'est un organe indépendant et les préposés sont désignés par le Conseil d'Etat puis élus par le Grand Conseil.

Par un hasard de calendrier, les préposées actuelles ont été proposées par un Conseil d'Etat largement partant et donc peu susceptible de subir le zèle du service. Ainsi le parlement a élu des candidates extrêmement compétentes et dédiées à leur tâche qu'elles assurent avec une efficacité qui ne plait pas à tout le monde.

A tel point que la commission des finances du Grand Conseil a décidé de couper les vivres au service en sabrant brutalement dans le budget du bureau, supprimant le poste de secrétariat et entravant ainsi sérieusement le bon fonctionnement de ce service. Les députés qui ont favorisé cette décision auraient bien voulu supprimer le service, mais comme il figure expressément dans la loi, ils se sont contentés de l'amputer pour l'empêcher de fonctionner.

Nous assistons là à une dérive grave du système qui tourne en vase clos puisque c'est l'Etat qui valide le choix des personnes qui seront susceptibles de les contrôler par la suite. Il est donc tentant d'élire des hommes de paille, des alibis qui ne s'attaqueront qu'aux problèmes mineurs pour justifier un travail aussi inutile que médiocre. C'est ainsi que dans un article de la TdG du 27 juin 2012 on comprend que les députés s'en prennent aux personnes qui font justement trop bien leur travail.

Il est très inquiétant de voir qu'une majorité de la commission valide cette coupe budgétaire en fermant le nez, les yeux et les oreilles et que le parlement avalise sans broncher. Espérons que le souverain sanctionnera sévèrement cette attitude de quelques élus qui entendent user et abuser du pouvoir en court circuitant les obstacles qui restent des garants d'une vraie démocratie active et saine.

Et espérons aussi que nous pourrons compter sur le nouvel arrivé au Conseil d'Etat pour ne pas se prêter à ces magouilles.

Enfin, je vous encourage à participer en signant la pétition :

http://www.avaaz.org/fr/petition/Sauvez_la_protection_des...

09:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | |

Commentaires

Pas joli joli, bas, lâche, petit, si ceux sont les élus qui mettent les bâtons dans les roues, c'est mal barré !!

Écrit par : Corto | mardi, 24 juillet 2012

Répondre à ce commentaire

@ Corto.
Alors signe la pétition et fais circuler, ce sera déjà un bon point !

Écrit par : Pierre Jenni | mardi, 24 juillet 2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire