lundi, 30 septembre 2013

Une nouvelle loi sur les taxis...

IMG_0110.JPGAinsi le parlement sortant s'apprêterait à voter en urgence une Xième loi sur les taxis et limousines, après plus de 7 ans de travaux dont 3 à la commission des transports.

Ces travaux se sont fait à huit clos rigoureux puisque aucun commissaire n'était autorisé à sortir les comptes rendus de séances et communiquer sur l'avancement.

Ainsi, les milieux professionnels du transport de personnes n'ont été auditionnés qu'une fois courant 2010. Malgré les promesses du président de la commission, ils n'ont pas pu s'exprimer sur les conclusions de la sous-commission avant le vote en plénière. Nous avons pu télécharger le projet avant-hier, comme tout le monde, et constater que les fuites étaient confirmées et les craintes fondées.

Ce sont donc moins de 7 personnes qui vont décider de l'avenir du transport professionnel de personnes et plus particulièrement des taxis. Ils se cacheront derrière le vote du parlement, qui ne saurait remettre en question cet énorme travail, et qui se cachera, à son tour, derrière le peuple qui devra valider cette loi.

Alors que la loi actuelle avait fait l'unanimité mais n'a pas été appliquée, essentiellement par manque de ressources, cette nouvelle mouture subira les mêmes défauts, aucun investissement n'étant programmé pour effectuer les contrôles.

Comment justifier une telle précipitation à faire passer en force un texte rejeté par les principaux concernés ? Comment fera le nouveau ministre en charge de la mise en musique d'une loi qu'il réprouvera ?

Cette manière de procéder est un vrai déni de démocratie que je dénonce haut et fort.

Pourvu qu'ils n'aient pas le temps d'entrer en matière...

17:16 Publié dans Genève, Politique, taxis | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 03 septembre 2013

Sièges pour enfants dans les taxis

3_taxi.jpgJe tiens à remercier Pierre Beguin qui a publié sur son blog sa mésaventure avec sa famille à la rentrée de vacances. Par son témoignage on comprend un peu mieux les brimades et aberrations que subissent les chauffeurs de taxi et la difficulté qu'ils rencontrent pour offrir un service efficace à leurs clients.

Que dit la loi ?

Depuis le 1er avril 2010, le Conseil fédéral a décidé de renforcer la sécurité des enfants dans les voitures de tourisme et les bus scolaires. Les dispositifs de retenue pour enfants doivent répondre aux normes de sécurité édictées par la directive européenne ECE 44/03. Les enfants de moins de 4 ans devront voyager dans une coque. De 4 à 12 ans ils seront installés dans des sièges homologués s'ils mesurent moins de 150cm et ne pèsent pas plus de 18 kilos.

Interventions parlementaires

Plusieurs députés, à l'instar de Carlo Sommaruga, Lilianne Maury-Pasquier et Andrea Martina, sont intervenus aux chambres fédérales pour dénoncer l'aberration d'obliger les taxis à transporter dans leur coffre deux à trois types de sièges pour répondre aux exigences légales. En vain. Le Conseil fédéral estime que la sécurité des enfants est prioritaire.

Et pourtant, dans la plupart des pays d'Europe, les taxis ont bien été exemptés de cette obligation impossible à respecter.

Les solutions

Contrairement à ce qu'a répondu Madame Leuthard aux parlementaires, un simple rehausseur gonflable n'est pas envisageable puisqu'il ne répond pas aux normes imposées.

Le problème des familles avec plusieurs enfants reste entier.

A Zürich, les chauffeurs imposent une surtaxe à leurs clients qui couvre le trajet pour aller chercher le siège auprès de la centrale.

A Genève, les clients qui commandent un taxi doivent signaler la présence d'enfants afin que la centrale puisse envoyer un taxi équipé.

A l'aéroport, des sièges sont mis à disposition des chauffeurs dans un local. Mais il n'est pas rare que ce local ne soit pas accessible par défaut de personnel. Surtout le soir à certaines heures.

Guichet taxi à l'aéroport

Comme le prévoit la loi sur les taxis et tout particulièrement son règlement d'application (art. 24), les chauffeurs de taxis se sont organisés pour mettre en place un guichet de taxis à l'aéroport de Genève.

Comme dans la plupart des villes importantes du monde, ce guichet est indispensable et rempli plusieurs fonctions. Il permet principalement de diriger le client vers le bon taxi qui répond aux demandes spécifiques telles que : paiement par carte de crédit, sièges enfants, équipement d'hiver, plus de 4 places, etc. Il permet en outre de contrôler l'activité du transport de personnes sur le site, notamment les "navettes étrangères" soumises à autorisation. Enfin ils surveillent l'attitude des chauffeurs et dénoncent les refus de courses. Ils interviennent en cas de conflit et appellent la police dans les cas sérieux.

La première expérience a été interrompue à la suite d'un recours des taxis au tribunal qui leur a donné raison. Les dispositions légales n'étaient pas respectées notamment l'absence de participation au financement du guichet par l'aéroport. Après de nombreuses séances de travail et une manifestation des taxis, les autorités ont finalement mis en place un guichet en tête de station qui a permis de régler enfin la plupart des problèmes dénoncés. Malheureusement, pour des raisons incompréhensibles, l'aéroport a décidé de suspendre ce service. Il semble que l'aéroport n'entend pas assumer seul le financement.

Il faudra donc revenir autour de la table afin de trouver des ressources. Les chauffeurs sont prêt à participer à l'effort par le paiement d'un émolument comme ils l'ont prouvé durant la première tentative. En revanche ils n'entendent plus faire de la gestion de personnel qui n'a rien à voir avec leur activité de transport de personnes.

12:02 Publié dans Genève, taxis | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | |