vendredi, 14 octobre 2016

Lex Uber

Uber-vs-Taxis1.jpgDura lex, sed lex. Le couperet est tombé. Le parlement s'est prêté à son exercice favori qui consiste à faire de la politique partisane. Sur pas moins de 80 propositions des milieux professionnels, seules 7 ont fait l'objet d'une étude, ou plutôt d'une simple discussion en Commission, sans vote à la clé. Le gouvernement entend passer en force, comme avec la police. Le parlement valide sans comprendre grand chose. Il y donc fort à parier que cette loi subira le même échec que les précédentes avec, comme à chaque fois, d'énormes dégâts collatéraux et la mise en faillite des dernières entreprises de la place.

Ci-dessous, la lettre des milieux professionnels aux députés lue en ouverture des débats du 13 octobre 2016 :


Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les députés,

Les milieux professionnels du Taxi tentent une communication de dernière minute avant de connaître le sort que vous leur promettez pour les six prochaines années.

Oui, six ans, car c’est la moyenne à laquelle vous devez vous saisir de ce dossier depuis la première loi en 1978, et les six qui ont suivi, avec les résultats que l’on connait, mais surtout avec chaque fois des dégâts collatéraux importants pour les entrepreneurs du secteur puisqu’il n’existe pratiquement plus d’entreprise importante dans notre corporation, dans la mesure où elles ont toutes été contraintes de déposer leur bilan.
Le législateur a exploré tout le spectre des possibles en passant d’une libéralisation totale, dont on a rapidement pu mesurer les effets catastrophiques, à une récente tentative de création d’un monopole d’Etat pour une centrale unique que vous avez validée en mars 2014 pour y renoncer aujourd’hui avec un retour à une plus grande ouverture à une concurrence que nous ne redoutons pas mais qui ne produit malheureusement jamais les effets escomptés, comme nous pouvons le vérifier un peu partout dans le monde.

Notre message tient en deux constats et une requête.

Nous tenons d’abord à vous confirmer que les milieux professionnels ont conservé leur unité historique qui a permis de voter la loi actuellement en vigueur, le 21 janvier 2005, à l’unanimité du parlement. Les taxis publics, les taxis privés et les limousines ne parlent que d’une seule voix comme nous pouvons le vérifier au travers des diverses auditions à la Commission des transports. Si le législateur a souvent été contraint de trancher auparavant devant la cacophonie ambiante, Il n’a plus à faire l’arbitre depuis plus de dix ans. Nous vous serions par conséquent reconnaissants de prêter une oreille attentive à nos remarques si nous voulons espérer ne plus venir vous importuner avant l’arrivée des véhicules autonomes dans une dizaine d’années.

Ensuite, nous tenons à vous assurer que, moyennant le vote des amendements qui vous ont été soumis, nous soutenons le projet qui vous est présenté aujourd’hui par le département compétent et saluons la célérité avec laquelle le travail a été mené car, contrairement aux travaux précédents qui occupaient la Commission durant minimum deux ans, les nombreuses auditions et les débats ont été menés en à peine plus de six mois, un record. Nous saluons particulièrement le pari de la suppression des deux catégories de taxis qui, rappelons-le, est une exception mondiale qui repose sur une interprétation rigoureuse de l’art. 27 Cst consacrant la liberté de commerce. C’est un pari fragile sur lequel repose toute la loi et qu’un seul article pourrait faire capoter dans les recours massifs d’ores et déjà annoncés.

D’où notre demande de bien vouloir mettre de côté les bagarres politiciennes entre les groupes, que la problématique Taxi transcende, et analyser objectivement les derniers amendements de pur bon sens qui vous seront proposés aujourd’hui par diverses formations.

Ces quelques propositions de dernière minute vont certainement en irriter plus d’un qui estiment que ce travail aurait dû être fait en Commission. Nous partageons cette préoccupation, mais le rythme de travail qu’ont choisi les commissaires n’a pas permis d’entrer dans les détails des nombreuses propositions que nous avons faites. C’est la raison pour laquelle nous avons sollicité le Département et les groupes pour limiter les risques d’invalidation et favoriser une saine collaboration dans l’élaboration du règlement d’exécution et dans le suivi de la loi en corrigeant les points essentiels qui pourraient véritablement mettre en péril le projet.

Nous vous prions donc instamment de bien vouloir accueillir favorablement ces amendements afin de garantir enfin la paix des taxis et éviter, tant que faire se peut, les innombrables recours et oppositions qui pourraient réduire à néant vos efforts.
A défaut d’y parvenir en session plénière, nous osons espérer que vous accepterez de décider un bref retour en Commission pour finaliser ce travail et le valider dans la foulée lors d’une prochaine séance qui consacrerait à nouveau l’unanimité du parlement et l’unité des milieux professionnels concernés.

Nous retenons notre souffle et vous remercions pour votre attention.

09:11 Publié dans Economie, Genève, mobilité, Politique, taxis | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | |

Commentaires

Vive uber, enfin débarassés de la tutelle des chauffeurs arnaqueurs, qui vous tondent, font des détours pour faire tourner le compteur, sont sales et malpolis, tendent la main comme des roms.

Écrit par : Anastase de Saint-Senestre | vendredi, 11 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

@Monsieur Jenni je vous remercie et après avoir lu le texte je ne puis que confirmer le terme cacophonie que se généralise grâce au harponnage nouvelle tendance pour des jeunes sans doute délégués par OGN des ou lobbys
*Vous ne voulez plus faire de dons on invente une autre manière pour vous faire raquer les vieux " et une fois que vous avez mordu à l'hameçon deux ou trois mois de suite ,hop on vous jette par dessus bord et on vous laisse le c.. dans l'eau
Le Romandie n'a plus rien à envier à l'hôpital psychiatrique
Alors quand on entend les responsable du foutoir actuel accuser Trump de tous les maux il vaut mieux être sourd que d'entendre ou lire pareille muflerie
Très belle fin de journée pour Vous

Écrit par : lovejoie | lundi, 19 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

http://www.tdg.ch/news/news/incorrigible-chauffeur-taxi-blme-justice/story/21111429


uN PARMI D'AUTRES....

Écrit par : Anastase de Saint-Senestre | mardi, 27 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire