jeudi, 25 janvier 2018

Les Verts et la mobilité


Je ne suis pas un fan de Luc Barthassat et je lui en veux de m'avoir utilisé pour promouvoir ses Etats généraux sans tenir compte d'aucune des remarques que je lui ai faites à l'époque pour défaire les principaux noeuds de la ville.

Mais de là à entendre ce plaidoyer pour la politique des Verts qui sont les principaux responsables de la plupart des blocages avec les mandats de Cramer et Künzler qui nous ont infligé 20 ans de leur idéologie intégriste et la paralysie presque totale de la circulation dans notre ville, je ne pouvais pas laisser passer ça.

 

Agglo du Grand Genève

Même Madame Künzler suggérait de prendre modèle sur Zürich. Sans vraiment savoir de quoi elle parlait puisque à ZH, il n'y a pour ainsi dire pas de site propre pour les bus et les trams, sauf à l'approche d'un arrêt. Cette gestion intelligente de nos compatriotes alémaniques permet donc ainsi une souplesse optimale entre les divers modes en créant des lignes interrompues qui permettent non seulement de rejoindre les petites ruelles transversales mais aussi de faire un tour sur route presque n'importe où.

Badener strasse ZH.pngJe ne prendrai que l'exemple de la Badenerstr. prise sur Google earth pour illustrer mon propos, mais vous pouvez vous ballader en vue aérienne pour vérifier que c'est partout ainsi.

Je pense que notre ministre fait preuve de bon sens en ne développant pas trop vite l'offre vers la France pour la simple et bonne raison qu'il s'agit déjà de vérifier l'impact du CEVA. Car les travailleurs viennent de bien plus loi que les simples bourgades de Ferney-Voltaire, St Genis, St Julien et Annemasse qui sont d'ailleurs très bien desservies par des bus. Les parkings relais faisant défaut et l'inconfort du transbordement risquent bien de décourager le transfert modal des travailleurs frontaliers.

 

RER genevois

Oui, les Suisses sont attachés à leurs chemins de fer et on se réjouit de vérifier l'utilité du CEVA. Mais... l'argumentFlixBus.jpeg financier commence à peser lourd dans les ménages et lorsqu'on découvre qu'il coûte moins cher d'aller seul en voiture à Zürich qu'en train alors que les CFF sont subventionnés à hauteur de 50% et ne font du profit que sur leurs valeurs immobilières, on peut raisonnablement s'inquiéter de leur avenir avec la venue de bus comme Flixbus qui permettent de traverser la suisse pour moins de 30.- Et le protectionnisme parlementaire ne tiendra pas longtemps sous les coups de butoirs des Libéraux. Notre pays caracole en tête des pays les plus libéraux du monde. Et on peut s'interroger sur la politique d'investissement des CFF et de l'OFT qui valident le projet d'extension par la raquette sans même jeter un oeil sur le projet Weibel qui coût 5 fois moins et qui supprime le cul de sac de l'aéroport offrant une liaison directe avec St Exupéry par TGV.

 

Aéroport

On comprend dans le vocable utilisé que les Verts ne veulent pas du développement de l'aéroport. D'ailleurs, sa position géographique sur la frontière empêche déjà les projets qui permettraient d'absorber l'augmentation importante projetée à l'horizon 2030. C'est une attitude irresponsable pour une ville comme Genève qui se veut un pôle international tant de par la présence des Nations Unies et leur cortège d'ONGs que par celle de grands groupes économiques qui ont choisit d'y installer leur siège européen. Avec l'impact important sur tous les services et les PME de la place. Les Verts se disent concernés par le désengorgement du réseau routier alors qu'ils mettent en place tous les obstacles artificiels qui l'empêchent. Et pas un mot sur le projet Weibel qui permettrait justement de réactiver le projet de prise de part dans le capital de l'aéroport de Lyon en surcapacité grâce à une liaison TGV.

 

Projets routiers

Là on touche au comble de la mauvaise foi. Et je comprends que M. Buschbeck n'ose pas même mentionner le nom de sa ministre qui a pondu le rapport "Mobilité 2030" et qui n'a pas même mentionné la traversée du lac dans sa présentation devant le public et les journalistes. Les Verts, par leur campagne agressive et mensongère, ont dissuadé les Genevois de réaliser la traversée de la Rade qui s'imposait pourtant tout naturellement pour finaliser le périférique. Je les soupçonne d'avoir accepté le projet de traversée du Lac en sachant pertinemment qu'il ne se ferait jamais. Notamment pour des questions financières qu'ils s'empressent de relever maintenant, mais surtout, et ça ils ne le disent pas, parce que cette traversée autoroutière concerne principalement le trafic international de transit et vient compléter l'élargissement de l'autoroute de contournement. Cet ouvrage est un luxe inaccessible qui ne permettra que marginalement à dégorger la ville car personne ne se résignera à monter à la Pallanterie pour traverser sur la rive droite ou au Vengeron pour l'autre rive. Sauf ceux qui habitent entre Collonge-Bellerive et Hermance dont une part sensible s'oppose en raison des nuisances et de la défiguration de l'accroche dans la zone villa.

Sur ce coup je dénonce aussi l'aveuglement de M. Barthassat, mais il est bien seul et il doit aller de l'avant, de manière collégiale, pour faire respecter la volonté populaire. En revanche, tous nos parlementaires portent une lourde responsabilité dans ce fiasco annoncé. Les Verts en première ligne.

Enfin, sous le titre de projets routiers, on ne parle en fait que de cette traversée. Et pour cause. Il n'y a pas d'autre projet d'importance, si ce n'est la route des Nations qui est encore une aberration puisque cette artère finira en cul-de-sac derrière le palais des Nations alors qu'il tombait sous le sens de prolonger en sous-sol jusqu'au quai de Cologny et ensuite au raccordement autoroutier sur Malagnou.

Capture d’écran 2018-01-25 à 13.50.24.pngRien non plus sur la petite ceinture qui validait la politique proposée par Mme Künzler de favoriser le trafic tangentiel en reliant justement la route des Nations avec la semi-autoroute des Jeunes via Giuseppe Motta, Hoffman et le pont Sous-Terre. Avec un souci à la rue des Charmilles où un immeuble classé empêche l'élargissement.

A titre d'exemple, je vous propose ces quelques photos qui démontrent l'aberration de la logique des arrêts de bus qui empêchent aux TIM de dépasser et donne priorité absolue aux passagers pour traverser avec les conséquences d'une paralysie totale et permanente partout.

IMG_1616.jpg

IMG_1617.jpg

IMG_2160.jpg

IMG_2248.jpg

 

Bilan de Luc Barthassat

J'en veux à Luc Barthassat de ne pas tenir compte de ceux qui pratiquent la ville au quotidien et qui savent très précisément ce qu'il faudrait faire pour véritablement dégorger, fluidifier et permettre incidemment aux TPG d'atteindre une vitesse commerciale correcte. Mais je réalise aussi l'ampleur de sa tâche qui consistait justement à démonter tout le mécanisme mis en place par les Verts pour décourager les transports individuels motorisés, mettre de l'ordre dans les services qui ont pris de très mauvaises habitudes durant plus de 20 ans et qui n'entendent pas se plier aux caprices d'un magistrat de passage, comme tous ses prédécesseurs.

Je l'ai échappé belle ! Dire que je convoitais son poste...

 

 

13:40 Publié dans Genève, mobilité, Politique, transports | Lien permanent | Commentaires (19) | |  Facebook | |

Commentaires

Lorsqu'un bus quitte l'arrêt, il est prioritaire pour rentrer dans le trafic. Comme personne ne respecte cette règle de base, il faut bien trouver des solutions...

Écrit par : Yannick | vendredi, 26 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Yannick, on peut toujours mettre la faute sur les autres. Le fait est que par cette disposition généralisée on bloque la circulation et on réduit la vitesse commerciale des TPG qui se trouvent aussi bloqués dans le trafic à certains carrefours car on ne peut pas les mettre en site propre partout comme un train.
Si l'on devait faire des règles pour chaque défaut de courtoisie on vivrait tous en prison.
L'exemple de St Jean est emblématique. On suit le bus à la queue-leu-leu jusqu'au pont des Délices alors que le bus dispose d'un joli tronçon de couloir entre l'église et l'école de commerce qui lui permet de remonter la file des voitures qui l'auraient dépassé. Au Contrat Social on a installé des parkings pour moto pour empêcher de dépasser. Puis au Rond-Point Jean-Jacques on a agrandit l'ilot central et devant l'église on a mis une ligne pleine.

Écrit par : Pierre Jenni | vendredi, 26 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Une seule solution a tous les problemes de trafic: gratuité des transports en commun. Ca ferait du coup disparaitre la moitié des bagnoles en ville et tout ce qui va avec: bouchons, accidents, puanteur et mauvaise humeur. En plus, ca fera des économies a la longue sur les frais médicaux car tout le monde aura bien plus envie de se déplacer a vélo ou a pied dans ville beaucoup moins polluée et surtout moins casse-gueule pour les vélos et les piétons. Vivement le gouvernement genevois qui en aura enfin les couilles.

Écrit par : JJ | vendredi, 26 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Sauf que...
Les transports en commun sont déjà bondés et saturés aux heures de pointe.
La configuration de la ville de Genève ne permet pas beaucoup plus d'offre en transports publics dans le centre et certainement pas pour des bus articulés en trois modules qui ne passent pas certaines rues.
Une proportion importante de citoyens âgés, ou à mobilité réduite, n'osent plus prendre les transports en commun.
Les livreurs, les artisans, et tous les professionnels qui ont besoin d'un véhicule pour transporter du matériel ne peuvent utiliser les transports en commun.
Enfin, la question des moyens financiers n'est pas anodine puisque, à deux reprises déjà, le peuple s'est prononcé contre l'augmentation du prix des billets qui semble ne pas suffire à la saine gestion du parc et au développement de l'offre.
Alors, oui Jean, en rêve c'est super. En attendant que cela se réalise, il est important et urgent de dénoncer la politique destructrice des Verts qui mettent en péril notre économie et notre qualité de vie puisqu'ils sont les principaux responsables de la pollution qu'ils dénoncent.
Le monde que vous décrivez viendra. Les hyper-centres seront interdits aux TIM et les véhicules ne dégageront plus de CO2.
Je dénonce l'absence de réalisme des Verts et les moyens proposés, mais je soutiens la vision à long terme.

Écrit par : Pierre Jenni | vendredi, 26 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

C'est pour assurer la sécurité des piétons et des enfants que les voitures sont restreintes de dépasser les bus aux arrêts. Car lorsqu'ils descendent du bus beaucoup de passagers traversent la route sur le passage piéton adjacent. Et cette pratique n'est absolument pas spécifique à Genève !

Écrit par : Coco | vendredi, 26 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Ce n'est pas l'explication que j'ai reçue des TPG.
Pour les questions de sécurité, j'observe que nous sommes tellement distraits et si rassurés par les dispositifs protecteurs que nous traversons en lisant nos SMS. Je ne partage pas cette vision paternaliste de la sécurité et encourage au contraire la responsabilisation individuelle et surtout l'enseignement de cette qualité à nos enfants.
Ainsi j'ai toujours dit à mes filles de ne jamais traverser au vert, mais seulement lorsque les voitures sont arrêtées.

Écrit par : Pierre Jenni | vendredi, 26 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

@Pierre Vos arguments contre la gratuité des TP ne tiennent pas. D`abord, il est évident que, parallelement a cette gratuité, on excluera du centre-ville les voitures non-professionnelles, ce qui fera beaucoup de place pour les bus, meme articulés. Livreurs, taxis et autres professionnels en auront aussi plus de facilité pour circuler. Question usagers a mobilité réduite, c`est une question d`aménagement des véhicules, pas la mer a boire. Pour le cout, ca ne sera absolument pas un probleme si l`on considere a moyen- et long-terme les couts directs et indirects ainsi que, d`une manire générale, le manque a gagner en qualité de vie et en attractivité touristique de la ville qui sont liés a l`actuelle surbagnolisation.

Écrit par : JJ | vendredi, 26 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Et ca sera aussi tout bénéf pour les taxis qui pourront enfin rouler véhiculer sans stress tous les touristes ainsi que les aborigenes allergiques a la foule des TP!

Écrit par : JJ | vendredi, 26 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Et moi qui pensais que j'étais un allumé...

Écrit par : Pierre Jenni | vendredi, 26 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Peut-etre pas encore suffisamment Pierre, mais vous etes encore djeunnn. Apres-tout, nous avons toute l`éternité devant nous, pas vrai?...

Écrit par : JJ | vendredi, 26 janvier 2018

C'est le Dr Zinzin ou le Moyne des sables qui cause ?

Écrit par : Pierre Jenni | vendredi, 26 janvier 2018

Pour qui a passé des dizaines d'années à arpenter des villes, à analyser ce qui y fonctionnait bien ou mal... et des centaines d'heures à écouter, confronter les idées, à tenter d'identifier les problèmes et à y trouver des solutions, il est bizarre et un peu nauséeux de vous entendre réduire cet énorme processus d'apprentissage à une "Idéologie intégriste".
Et bizarre de vous voir répéter qu'il n'y a pour ainsi dire pas de sites propres pour les bus ou les trams à ZUrich!

Écrit par : J.B. Billeter | vendredi, 26 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Monsieur Billeter,
Je vous encourage à vérifier par vous même que les sites propres se limitent essentiellement à des portions près des arrêts à ZH. La cohabitation entre les divers modes se fait en bonne intelligence.
Je respecte très certainement vos études, mais j'observe que les modélisations d'experts sont souvent bien éloignées de la réalité du terrain.
Je comprends et partage la vision de centres urbains dégagés de l'engeance que sont les TIM. Et je me réjouis du jour qui nous permettra de vivre dans ces environnements pacifiés.
Je dénonce les moyens choisis, la manière et le calendrier qui ne tient pas compte de la réalité contemporaine. Alors oui, en ce sens je parle d'intégrisme. Et je rajouterais, bien pensant.

Écrit par : Pierre Jenni | vendredi, 26 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Je vous écris de Zurich! Et ´bien pensant' me fait sourire.

Écrit par : J.B.Billeter | vendredi, 26 janvier 2018

Pierre@
JJ nous parle d'éternité.En connaît-il l'anagramme? C'est étreinte... On ne doit peut-être pas l'enseigner dans son ermitage. Moralité : ne dételons jamais !

Écrit par : Gislebert | vendredi, 26 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Je plaisantais, bien-sur, mais si la perspective de l`éternité vous hérisse, rassurez-vous. Si vous le souhaitez, Dieu ne vous empechera surement pas d`étreindre le néant.

Écrit par : JJ | vendredi, 26 janvier 2018

Et voilà Lisa Mazzone qui en rajoute une couche avec l'indulgence de Marc Moulin. Sans réaliser que les Verts sont les principaux responsables des blocages qui incitent la Confédération à nous refuser la manne qui nous fait tellement défaut.
https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Mensonges-insultes-et-radio-le-duel-Barthassat--Mazzone/story/26082479

Écrit par : Pierre Jenni | jeudi, 01 février 2018

Répondre à ce commentaire

Quand j'ai entendu Hodgers suggérer qu'il était temps de rendre le département de la mobilité aux Verts, mon sang n'a fait qu'un tour.

Écrit par : Pierre Jenni | jeudi, 10 mai 2018

Répondre à ce commentaire

Ce qui fait 100 de plus avec le mien.

Écrit par : divergente | jeudi, 10 mai 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire