La suite, tout le monde la connait...

Imprimer

ambiguïté-des-milieux-economique.jpgLes autorités ont pris acte du refus cinglant de pont ou de tunnel à peine huit ans après le plébiscite pour une traversée. Ainsi, depuis 23 ans avons-nous consacré les budgets au développement spectaculaire des transports en commun (TC) et réalisé l'autoroute de contournement ouest qui va prochainement être élargie pour absorber l'augmentation constante des transports individuels motorisés (TIM).

Rappelons tout d'abord la stratégie multimodale du rapport Mobilités 2030 proposée par Mme Künzler et validée par le CE en mai 2013 qui se résume en trois étapes qui consistent à favoriser les modes de déplacement les plus efficaces pour chaque type de trajet et de les coordonner. En clair, il est notamment nécessaire de limiter le trafic automobile au centre-ville au profit des transports publics et de la mobilité douce :

- 2020 : Mise en route du RER valdo-franco-genevois, le Léman Express;

- 2025 : agrandissement de Cornavin et finalisation de l'élargissement de l'autoroute de contournement;

- 2030 : réalisation de la traversée du lac et la mise en service d’une nouvelle liaison ferroviaire Cornavin-Aéroport-Meyrin.

Sauf que...

C'est joli sur le papier mais les réalités politiques et surtout les contraintes budgétaires sont imprévisibles. Comme nous avons pu le vérifier avec le saucissonnage du crédit d'étude, la traversée du lac est condamnée, ou du moins ne sera pas réalisée avant longtemps. Ce qui remet en question toute la stratégie et surtout l'objectif de l'agrandissement de Cornavin dont je parle dans un précédent billet.

C'est donc fort de ce constat que la mal aimée UDC dans notre canton a lancé en 2012, avec l'appui du TCS et de la CCIG, son initiative pour une traversée de la rade qui a fait l'objet d'une foire d'empoigne caricaturale dans le microcosme politique genevois.

La droite s’est divisée. PLR et PDC ont voté contre l’initiative de l’UDC, le refus de celle-ci par le parlement étant la condition nécessaire à leur « contre-projet » de traversée autoroutière du lac.

La gauche unie, forte de son initiative municipale "Sauvons nos parcs au bord du lac", s'est opposée aux deux projets.

Le peuple déconcerté s'est rallié aux positions du Conseil d'Etat et du magistrat en charge, Luc Barthassat, qui devait mettre en oeuvre la stratégie du rapport "Mobilités 2030". L'initiative 152 a donc été rejetée au profit de la traversée autoroutière.

Je termine donc ici l'historique de cette saga avec cette question : Que vont dire les Genevois qui ont été menés en bateau par l'entente avec un projet non seulement irréaliste mais surtout parfaitement inadéquat pour dégorger la ville ?

Les Genevois ont toujours demandé à traverser. Il est temps, aujourd'hui, que nos élus se mettent d'accord pour comprendre qu'il faudra bien trouver une solution pour mettre en oeuvre la LMCE et les conclusions du rapport Mobilités 2030 qui reposent sur cette traversée. A moins que l'on se satisfasse de cette semi-autoroute que constitue le U Lacustre et qui condamne définitivement notre rade.

 

 

Commentaires

  • Je ne sais franchement pas comment on peut accepter de voir les quais transformés en autoroute pour les décennies à venir et continuer à défendre la mobilité douce. Il y a un moment où il faut accepter les faits qui viennent, preuve à l'appui, confirmer l'augmentation encore plus importante que projetée des TIM et donc la paralysie totale programmée à court terme.
    L'idéologie aveugle jusqu'à rendre incohérent.

  • Je viens de me coltiner les quatre rapports de la commission des transports sur l'initiative 152 dont celui du CE. http://ge.ch/grandconseil/data/texte/IN00152A.pdf
    C'est absolument hallucinant de mauvaise foi et c'est un document à charge inacceptable. Qui dit juste le contraire de l'immense travail fourni par le groupe de travail piloté par Robert Cramer qui ne peut être soupçonné de complaisant. http://files.newsnetz.ch/upload//4/1/41203.pdf
    Comme le relève le rapporteur de minorité, le texte produit par le Conseil d'Etat est « Une tartufferie sans pareil, sécrétée par les juristes apparatchiks de la Couronne, où un pouvoir qui ne veut pas d’un projet (légitimement muni des signatures nécessaires) se camoufle derrière un jargon qui rappelle les médecins du temps de Molière. »
    Je regrette que personne ne lise ces documents tellement révélateurs.

  • RTS du 25 mai 2013. La petite traversée de la rade va-t-elle tuer la grande ? Yvan Slatkine défend les deux projets en face de Luc Barthassat qui rêvait encore d'un financement fédéral. https://www.rts.ch/play/radio/forum/audio/la-petite-traversee-de-la-rade-de-geneve-va-t-elle-tuer-la-grande?id=4899514

    Pathétique et tellement révélateur !

  • Un article de Marc Moulin dans la Tdg du 28 octobre 2014 résume de manière un brin tendancieuse la situation.
    https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/ressuscitee-traversee-rade-divise-geneve/story/28183281

    Quels que soient les documents que nous pouvons consulter, tous partent du principe que la traversée du lac se fera. Aujourd'hui nous savons que ce n'est plus le cas. Ou du moins pas dans des délais viables. Il faudra donc bien revenir sur ces épisodes et profiter de l'énorme travail du rapport de 2004 qui devrait permettre aux gens raisonnables de venir avec du concret.

  • Je me suis inspiré des projets Weibel que je soutiens vigoureusement, surtout la boucle qui permettrait d'économiser pas loin de 4 milliards.
    En revanche si je suis convaincu de l'utilité d'une traversée mixte qui permettrait de boucler le Léman Express, je ne partage pas son idée d'accroche au Vengeron. Je la déplace aux Nations où arrivera cette grosse pénétrante de la route des Nations dont les travaux ont commencé. Et j'en profite pour dynamiser la gare de Sécheron avec le bouclage du RER, rendant complètement obsolète le projet du CE de la raquette avec gare aux Nations, à deux cent mètres de Sécheron qui, soit dit en passant ne verra pas le jour avant 2045.
    Ainsi, la liaison avec l'autoroute A1 se fera par le Grand-Saconnex et non plus par la route de Lausanne.

  • Maintenant, je voudrais un peu vous faire rêver avec moi en partageant le lien du concours lancé par M. Barazzone qui vous donne une idée de ce que nous pourrions faire de notre rade.
    http://larade.ch/

    Vous comprendrez alors à quel point la traversée s'impose pour aller encore plus loin.

  • Et quand je dis encore plus loin, je parle de mesures d'accompagnement concrètes qui pourraient même aller jusqu'à la fermeture complète des quais aux TIM. Imaginez une seconde les Eaux-Vives et les Paquis complètement débarrassés des bagnoles. Le pont du Mont-Blanc dédié aux piétons et aux TC. Plus besoin de passerelle pour les piétons, on leur donne le pont.

  • En tous cas je vous lis et suis vos billets. et prendrai connaissance de vos docs en lien prochainement. suis juste claquée de faire des milliers de km hebdo dont ce jr (riez).

  • Vous devez être la seule divergente à lire mes liens. Faut avouer que c'est du boulot car il y a des centaines de pages que la plupart des élus ne se coltinent pas. Donc bravo, car ce n'est que lorsqu'on dispose de tous ces éléments qu'on peut commencer à se faire une idée objective du sujet.

  • @Divergente,

    Vous voulez dire des milliers de km hebdo entre Cologny et Bellevue ??

    Rires

  • Pourquoi ne pas diminuer la population genevoise, ou, à tout le moins, mettre fin à sa croissance ? La croissance de la population, y compris frontalière, est le noeud gordien des problèmes de transport. Sans cela, tous vos plans alternatifs, dont je concède que certains sont bien fondé (Weibel), est sans espoir. Sisyphe rôde.

    Pourquoi naturaliser un homme de 63 ans, qui certes a un boulot au moment de la naturalisation, qui est à Genève depuis 3 ans, après y avoir été dans sa jeunesse pendant 9 ans, mais n'a aucune retraite en vue. Cas social garanti. Qui va payer ?

    Pourquoi ne pas supprimer le permis C d'un chauffeur de taxi, sur-endetté, extra-européen, qui ne paie pas d'impôt sur le revenu (taxe personnelle mis à part), ni de TVA d'ailleurs, venu procréer à de multiples reprises, avec une extra européenne ? Surtout si l'on prend en compte que son activité est dénuée d'intérêt pour la collectivité au vu du nombre élevé de chauffeur de taxi et autres VTC.

    Rappelons que les caisses de l'Etat pompent, pour ses plus de 20'000 francs de dépense par an et par tête de pipe, plus de 10'000 francs par an d'impôt sur le revenu et la fortune, par an et par personne (et non par ménage). Qui va payer pour votre confrère taxi ?

    Seuls devrait être autoriser à immigrer les auto-suffisants et ceux qui ont une activité présentant un intérêt pour la collectivité. Réfugié au sens de la Convention de Genève/Protocole de New-york, mis à part.

    Le permis C devrait être purement et simplement supprimé ou alors attribué avec parcimonie.

    Au demeurant, la surpopulation locale trouve son pendant dans la surpopulation mondiale, due en grande partie à ceux qui se reproduisent comme si le taux de mortalité infantile ne s'était pas effondré, alors qu'il s'est effondré (et c'est tant mieux)grâce à cet occident que l'on villipende, y compris au sein de nos "élites" locales. En quoi devrions nous être responsable des conséquences d'actes sexuels inconsidérés ?

    Le problème est global. Un pont, un tunnel, une boucle, ou non, c'est un problème à résoudre, pour cela on ne peut vous remercier vous et saluer M. Weibel, mais en rester là c'est avoir le nez dans le guidon.

  • Oui, évidemment, nous parlons ici de questions mineures de mobilité. Et comme tout est lié, un tunnel ne résoudra pas grand chose. Je propose donc modestement un moyen d'avancer un peu plus vite dans la direction dont rêvent les Verts en espérant, peut-être un peu naïvement, les sensibiliser sur le fait que les voitures sont encore là pour longtemps.
    La question du développement démographique est bien sûr centrale. J'en parle souvent sur le blog Post Tenebras Lux. Quand on pense qu'en à peine trois cent petites années nous aurons décuplé la population mondiale, il y de quoi s'inquiéter.
    Maintenant, si nous voulons mettre en place des mesures comme celles que vous proposez, alors il faudra se résigner à renoncer à notre démocratie et mettre en place un homme fort comme il y en a de plus en plus un peu partout. Demandez à JJ, il vit en Hongrie. Il devrait pouvoir vous faire un dessin pour résumer les avantages et les inconvénients. Personnellement j'ai envie de faire confiance dans l'humain et j'appelle de mes voeux une véritable démocratie directe et liquide qui nous permette de faire l'impasse sur le parlement qui m'apparait comme une cour de récré pour adulte.

  • Je reviens avec quelques compléments CEDH.
    Le serpent de mer de la traversée est principalement, pour ne pas dire complètement, de la responsabilité de nos politiques, tant à l'exécutif qu'au législatif. Il vous suffit de survoler mon petit résumé historique pour comprendre un paradoxe;
    Le CE est renouvelé tous les cinq ans, (4 jusqu'en 2013) et les départements sont remaniés à chaque législature avec un brassage qui doit coûter bonbon à la collectivité. Un élu peut compter sur deux mandats en moyenne, mais comme il change de dicastère le suivi n'est pas assuré.
    On élit un candidat parce qu'on espère un changement. Seulement voilà, la machine d'Etat est tellement inerte que le magistrat n'a pratiquement aucune marge de manoeuvre. Ce sont ses haut-fonctionnaires qui tiennent la barque et maintiennent le cap. Le seul moyen d'interférer est de tergiverser et de lancer des consultations et établir des rapports.
    Je vous encourage à lire la prose du CE que j'ai mis en lien pour vous faire une idée de la façon de procéder pour torpiller un projet et profiler un autre. Ici, rade contre lac. Et vous comprendrez à quel point les Genevois sont déconcertés.
    Ils vont se fâcher lorsque la ville sera définitivement paralysée. Car c'est bien ce que nous promettent les orientations des plans directeurs que je mentionne dans un précédent billet.
    http://heytaxi.blog.tdg.ch/archive/2019/02/16/guerre-des-transports-297352.html
    Vous y découvrirez aussi ma charge sur le fonctionnement de l'exécutif par le blog de Jean d'Hôtaux.
    Pour le reste, si je puis valider vos réflexions sur les taxis et les VTC, je persiste à considérer que ce sont bien nos autorités qui sont responsables de ce souk, pas tant en amont sur les questions de migration, mais dans la mise en oeuvre et l'application des dispositions législatives dont je parle de long en large sur ce blog. J'y reviendrai prochainement lorsque mes recours au TF tomberont. Je les attends depuis vingt mois !... ils semblent empruntés.

  • Quelqu'un m'a suggéré que j'emmerdais le monde avec mes propositions et que je faisais le jeu des politiques en venant sur leur terrain. C'est peut-être pas tout faux. Et je vais essayer à l'avenir d'inciter le débat et d'encourager les intervenants à venir avec leurs propositions.
    Mais sur ce coup, avec la traversée de la rade, je pense sincèrement que la discussion a déjà eu lieu depuis longtemps et que nous devons faire des choix.
    Idéalement, je verrais trois ouvrages de bouclement des trois ceintures.
    La petite par un tunnel entre la rue de la Scie et la rue des Alpes que l'on mettrait à double sens pour permettre la fermeture programmée de la place Cornavin et de la rue de Lausanne. Le marché va être transféré sur Pierre-Fatio et l'axe Pont-d'Arve-Blvd Helvétique sera fluide.
    La moyenne que je défends ici et qui me semble la plus urgente avec des mesures d'accompagnement ambitieuses qui permettraient de fermer les quais, le pont du Mont-Blanc et les quartiers des Eaux-Vives et des Paquis aux TIM. Ou du moins de les transformer en des zones 20 avec priorité aux piétons.
    Et la grande qui a été validée en 2016 par les Genevois mais qui ne verra pas le jour avant des décennies.
    C'est pourquoi je défends un tracé plus qu'une idée générale. Et je m'appuie sur mon expérience au volant d'un taxi durant plus de 40 ans pour dénoncer les rapports d'experts qui m'apparaissent comme des alibis dans les mains des élus pour faire passer leurs idées.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel